Assurance MAAF

Contact

Agence

Sinistre

Mon espace

Prise de médicaments et conduite : soyez prudents !

Publié le 14 avril 2017 Partager sur :

Ce sont plus de 1000 médicaments qui peuvent altérer la vigilance sur la route. Un français sur cinq consomme chaque année au moins une benzodiazépine ou une molécule apparentée, psychotropes dangereux pour la conduite. Décryptage d'un risque méconnu.

conduire sous medicament

Les médicaments « psychotropes », tels que somnifères ou tranquillisants (notamment les benzodiazépines) agissent sur le système nerveux. Par les risques d’effets secondaires qu’ils présentent - somnolence, baisse de la vigilance, ralentissement des réflexes – ils peuvent multiplier par 2 à 5 le risque d’accident.
 

D’autres médicaments peuvent altérer les comportements sur la route :
Il s’agit notamment de ceux destinés à lutter contre un trouble passager (allergie, douleur, infection…) ou à traiter une maladie chronique (diabète, maladie de Parkinson, épilepsie, rhumatismes...), ils sont susceptibles de gêner la vision, de donner des vertiges ou encore de modifier le système cardio-vasculaire.
 

Dans tous les cas de traitements thérapeutiques, il est indispensable de s'assurer auprès de son médecin ou de son pharmacien que la prise des médicaments prescrits ou l'interaction entre plusieurs médicaments n'augmente pas de manière significative le risque lié à la conduite.

Soyez attentifs aux pictogrammes

Trois pictogrammes figurent désormais bien en évidence sur les boîtes de médicament : 

  • « Soyez prudents » (niveau 1), 
  • « Soyez très prudents » (niveau 2), 
  • « Attention ! Danger, ne pas conduire » (niveau 3). 

Vous devez impérativement vous conformer à ces conseils.
 

A savoir : l'association de l'alcool et des médicaments aggrave les risques d'accidents.

 

 

Que pensez vous de cet article ?