Assurance MAAF

Contact

Agence

Sinistre

Mon espace

Téléphone au volant : un geste risqué

Publié le 30 septembre 2016 Partager sur :

Le téléphone portable permet d’appeler les secours en cas d’urgence, de joindre un dépanneur ou encore de prévenir en cas de retard. Mais s’il est rassurant de l'avoir à portée de main, utiliser un téléphone au volant multiplie par trois le risque d'accident.

telephone au volant

En  France, près d’un accident corporel de la route sur dix serait lié à l’utilisation du téléphone au volant.
Le kit mains-libres ne fait pas exception à la règle. Le simple fait de discuter au téléphone en conduisant mobilise l’attention et induit des comportements dangereux. Les conducteurs se focalisent sur le devant de la route, négligent la consultation des rétroviseurs, font moins attention à la signalisation et aux autres usagers. En résulte un nombre significativement plus élevé de violations : excès de vitesse, non-respect des stops et feux rouges, dépassements de lignes continues... Et pourtant, en 2016, 30 % des conducteurs utilisent leur téléphone au volant.

Discuter avec un passager, écouter la radio, envoyer un SMS : les mêmes risques que le téléphone au volant ?

Écouter la radio n’influe pas sur la conduite : seules les tâches qui impliquent une réponse verbale diminuent la concentration et la réactivité de l’automobiliste. 
Il est plus dangereux de discuter au téléphone que de converser avec son passager qui, lui, vit la route. Il s’arrête de parler et alerte le conducteur s’il voit surgir une difficulté, ce que ne pourra jamais faire un interlocuteur au bout du fil :

  • un appel téléphonique mobilise 80% de notre attention, avec ou sans kit mains libres.
  • avec le téléphone au volant, l’activité oculaire se trouve réduite de 50% par rapport à la conversation avec un passager ou en l’absence de conversation.

Les autres usages tactiles et visuels associés au téléphone (SMS, MMS, Internet, applications... ) constituent une source de danger supplémentaire en ce qu’ils sollicitent davantage l’attention. Numéroter, lire, écrire, se connecter nécessite de longues manipulations, pendant lesquelles le regard se détourne de la route : 

- lire un SMS nécessite pour le conducteur de ne plus regarder la route pendant au moins 5 secondes
- rédiger un message au volant multiplie par 23 le risque d’accident.

Malgré la réglementation, le danger reste sous-estimé

En France, l’usage d’un téléphone tenu en main au volant constitue une infraction depuis 2003, sanctionnée d’une amende forfaitaire de 135 € et d’un retrait de 3 points au permis. De même, l’utilisation de tout dispositif susceptible d’émettre du son, dont les oreillettes, est interdite. Si l’utilisation d’un kit mains-libres est pour le moment tolérée, le conducteur a également l’obligation de se tenir « […] constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent » (article R.412-6 du Code de la route). 
En cas d’accident grave, une enquête révélant une communication téléphonique, avec ou sans kit mains-libres, peut entraîner de lourdes conséquences. 
Il est donc plus que jamais nécessaire de prendre conscience des risques encourus et de rester vigilant ! 

Quelques consignes de sécurité :

  • Ne téléphonez jamais au volant. Éteignez de préférence votre portable avant de partir. Pour ne perdre aucun appel quand vous conduisez, laissez faire votre messagerie. 
  • Arrêtez-vous pour passer un coup de fil, envoyer un SMS ou écouter vos messages : s’arrêter en lieu sûr comme par exemple sur un parking, une place de stationnement, une aire de repos… Les stationnements en double file, au feu rouge ou sur les bandes d’arrêt d’urgence sont fortement contre-indiqués.
  • Si vous êtes accompagné, confiez votre mobile à l’un des passagers pour qu’il puisse répondre à votre place. 
  • Mettez fin de vous-même à la conversation si en téléphonant à quelqu’un, vous vous apercevez qu’il est au volant.
     

Pour en savoir plus : www.securite-routiere.gouv.fr

Que pensez vous de cet article ?