Location de type airbnb ou chambre d’hôtes : faut-il s’assurer ?

Publié le 08 juillet 2020 Partager sur :

Que ce soit sous forme de chambre d’hôtes ou via une plateforme collaborative, la mise en location de votre logement peut vous exposer à de nombreux aléas. Quels sont les risques et comment s’en prémunir ? Faisons le point !

Assurance airbnb

Portées par le succès de certaines plateformes populaires telles qu’Airbnb, Booking ou Abritel, les locations chez l’habitant ont aujourd’hui le vent en poupe. Or, si le concept a de quoi séduire, il est préférable d’anticiper – et de sécuriser – certains points avant de vous lancer.

Mettre en location son appartement ou sa maison : quels sont les risques ?

Les dommages matériels et corporels causés au locataire

Un locataire glisse dans la salle de bain et se casse le poignet, une tuile se décroche et tombe sur sa voiture, il est blessé lors d’un incendie dont la cause réside dans un manque d’entretien de votre maison, il souffre d’une intoxication alimentaire suite au petit-déjeuner que vous lui avez servi... Autant d’exemples, parmi d’autres, pouvant engager votre responsabilité civile.

Les dommages matériels et corporels causés au tiers

Par exemple, si un incendie ou un dégât des eaux, involontairement provoqué par le locataire, vient blesser un voisin ou détériorer son appartement ou ses biens.

Les dommages matériels portant sur vos biens

Votre logement et vos biens personnels peuvent également subir des dégradations pendant le séjour de vos locataires : mobilier cassé, canapé tâché, fuite d’eau abîmant le parquet… Les dégâts occasionnés peuvent vite s’avérer importants ! Sans compter le risque de vol auxquels sont exposés vos biens mobiliers et objets usuels mis à disposition dans la location.

En cas de litige, que proposent les plateformes de location de logements ?

Si les plateformes de location sont nombreuses à suggérer aux propriétaires d’exiger un dépôt de garantie, pouvant couvrir les éventuels dommages matériels subis par leur logement, certaines d’entre elles vont plus loin et proposent également des solutions assurantielles (responsabilité civile, dommage matériels…) pouvant s’activer en cas de problème.

Or, force est de constater que le champ d’action de ces garanties demeure souvent assez flou et comprend de nombreuses conditions, limitations et exclusions. Sans compter qu’en cas de litige, un arrangement à l’amiable entre le loueur et le locataire est généralement privilégié.

Autant dire que les couvertures proposées par ces plateformes s’apparentent davantage à une solution de dernier recours qu’à une protection systématique. Elles ne peuvent, en aucun cas, se substituer à une assurance habitation « classique », offrant souvent des garanties plus étendues et, de ce fait, mieux adaptées aux personnes mettant leur bien en location.

Assurance habitation et mise en location d'un bien : à quoi dois-je faire attention ?

Quelle que soit la plateforme de mise en location choisie, le recours à des produits assurantiels complémentaires ayant démontré leur efficacité, comme la multirisque habitation, est donc vivement conseillé. Pour être sûr de bénéficier d’une couverture optimale vous permettant d’accueillir vos hôtes l’esprit tranquille, il est cependant nécessaire de vérifier certains points.

Multirisque habitation : quelles sont les garanties inscrites au contrat ?

Le plus souvent, la maison ou l’appartement que vous souhaitez proposer en chambres d’hôtes ou sur une plate-forme de type Airbnb est déjà couvert par une assurance annuelle multirisque habitation ou propriétaire non occupant. Toutefois, les protections apportées vont dépendre des garanties inscrites au contrat. Vous devez donc bien vérifier :

• que votre locataire occasionnel et ses biens sont protégés en cas d’accident corporel ou de dommage subis pendant son séjour et relevant de votre responsabilité ;
• que les dommages corporels et matériel causés à des tiers par votre locataire (responsabilité civile) sont bien pris en charge par votre assurance pour le cas où il ne serait pas lui-même assuré en villégiature ;
• que les dommages classiques de type dégâts des eaux et incendies causés par le locataire sont également assurés.

À savoir : si vous êtes vous-même locataire du logement mis à disposition en location touristique, sachez que vous devez obtenir auparavant l’autorisation de votre propriétaire.

Enfin, sachez qu’il peut être nécessaire de compléter votre formule d’assurance habitation par des garanties plus spécifiques. Ces dernières couvriront, par exemple, les vols ou les dégradations perpétrées par un locataire peu scrupuleux.

N’hésitez pas à contacter votre assureur pour identifier la formule d’assurance habitation la mieux adaptée à vos besoins.

Que pensez-vous de cet article ?
Pratique