La perte de revenus professionnels pour un jeune TNS

Mis à jour le 05 juillet 2021 Partager sur :

Jeune professionnel indépendant : comment préserver vos revenus en cas d’arrêt de travail ? A tout âge de votre vie professionnelle, l’assurance contre la perte de revenu vous met à l’abri en cas de maladie, d’accident ou d’un arrêt de travail prolongé. Eclairage.

perte de revenus tns

Artisan, commerçant, professionnel libéral ou micro-entrepreneur, l’entrepreneur avisé doit peser les opportunités et les risques de marché avant de lancer son activité.

Mais il oublie souvent d’évaluer les conséquences potentielles d’un arrêt de travail, à la suite d’une maladie ou d’un accident (professionnel ou privé), à savoir la baisse immédiate des revenus et la mise en péril de son activité, surtout si l’on  est seul dans  son entreprise.

Car il faut aussi faire face aux factures des fournisseurs, à la location des locaux… qui ne s’interrompent pas. Une situation d’autant plus délicate que lorsque l’on démarre son activité, très souvent, on dispose de peu de trésorerie.

Le régime obligatoire ne me protège-t-il pas ? 

En tant que travailleur indépendant, votre régime obligatoire peut vous délivrer une indemnité réduite en cas d’arrêt de travail : soit 1/730e du revenu d’activité annuel moyen des 3 dernières années civiles pour les artisans et commerçants, à hauteur maximum de 56,35 € par jour en 2021… pour une période limitée d’indemnisation (hors affections de longue durée).

Pour les professions libérales relevant d’une caisse de retraite fédérée par la caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL), depuis le 01 juillet 2021, elles bénéficient d’indemnités journalières à partir du 4eme jour et jusqu’au 90eme jour d’arrêt de travail. Les indemnités sont limitées à un demi-revenu avec un plancher de 22,54 € et un plafond de 169 €. 

A partir du 91eme jour d’arrêt, quelques caisses prévoient des indemnités complémentaires…mais certaines professions libérales ne bénéficient d’aucune indemnité journalière.

Dès le début de votre installation, il est donc important de réfléchir à votre protection sociale pour votre activité professionnelle.

Un contrat de prévoyance vous permet de préserver vos acquis

L’assurance contre la perte de revenu permet lors d’une maladie ou accident de compenser la baisse du chiffre d’affaires et la diminution du revenu. Elle complète les prestations du régime obligatoire et permet de maintenir un niveau de vie équivalant à celui que vous aviez en activité. Et ce durant plusieurs années, voire même jusqu’à la retraite en cas d’invalidité permanente.

Ce type de contrat étant généralement soumis à une sélection médicale, vous avez tout intérêt à souscrire le plus tôt possible, jeune et en bonne santé.  Le tarif dépendra des garanties souscrites et de la franchise, ainsi que de votre profession. Et il est possible de le faire évoluer au fil du temps, en fonction de vos souhaits.

Une fiscalité avantageuse

Important : les cotisations versées par un travailleur non salarié ou un conjoint collaborateur pour un contrat de prévoyance comme le produit contre la perte de revenu peuvent bénéficier de la fiscalité du contrat Madelin*. Elles peuvent être déduites du bénéfice imposable*. A contrario, notez que les indemnités journalières perçues lors d’un arrêt de travail doivent être déclarées à l’administration fiscale car elles sont imposables.

(*) Déductibilité des cotisations dans les conditions et limites prévues par l’article 154 Bis du Code général des impôts, réservée aux Travailleurs Non salariés non agricoles et leurs conjoints collaborateurs imposables sous un régime réel. 

 

Que pensez-vous de cet article ?
Pratique