Assurance MAAF

Espace client

Automédication : la bonne conduite

Publié le 27 septembre 2016 Partager sur :

Certaines infections saisonnières, comme le rhume ou le mal de gorge sont si courantes que l’on peut être tenté de faire l’impasse sur la visite du médecin. En fouillant dans son placard à pharmacie, on trouvera bien un médicament… Attention toutefois à ne pas prendre de risque.

automédication

On peut distinguer deux pratiques différentes d’automédication. Une première qui consiste, quand on se sent un peu malade, à se fournir en pharmacie en médicaments d’automédication, sans ordonnance. Une seconde dans laquelle, on va prélever dans la « pharmacie familiale » les restes de médicaments prescrits antérieurement au malade ou à ses proches, pour guérir ce que l’on suppose être le même symptôme. Une seconde pratique qui présente des risques car elle concerne généralement des médicaments prescrits sur ordonnance, habituellement plus actifs, et dont l’usage peut s’avérer inapproprié.

L’ « automédication responsable » pour des symptômes bénins

L’usage de « médicaments d’automédication », accessibles sans ordonnance, peut permettre de traiter des symptômes courants (maux de tête, douleurs, rhume, maux de gorge, fièvre, herpès labial) pendant une durée limitée et en respectant les conditions d’utilisation indiquées. En pharmacie, ces médicaments ne sont pas toujours en libre accès et nécessitent la consultation du pharmacien qui ne manquera pas d’exercer son rôle d’accompagnement. L’automédication n’étant jamais un acte anodin, des brochures sont régulièrement éditées fournissant, par type de symptômes, des informations de sécurité visant à renforcer l’autonomie des personnes dans leur prise en charge des pathologies bénignes. 
Depuis 2013, vous pouvez également vous procurer des médicaments sans ordonnance sur Internet. Attention : seuls les pharmaciens titulaires d'une officine sont autorisés à ouvrir une pharmacie en ligne* et doivent recevoir au préalable l'accord de l'Agence régionale de santé. Avant l'achat, reportez-vous aux précautions d'emploi et conseils d'utilisation indiqués sur la fiche en ligne du médicament.

Sinusites, angines : la nécessaire consultation d’un médecin

Dans le cas des pathologies comme l’angine ou la sinusite, les médicaments peuvent rendre moins pénibles les symptômes qui y sont associés, mais ne garantissent en rien le traitement de la pathologie, voire peuvent même la compliquer. Ainsi, dans le cas de l’angine, qui se manifeste par une infection au niveau des amygdales, certains médicaments peuvent produire un effet négatif : les anti-inflammatoires (comme l'ibuprofène ou l'aspirine), utilisés pour diminuer les douleurs, peuvent aggraver sérieusement l’infection. On préférera alors un antidouleur comme le paracétamol.
Par ailleurs, il est difficile d’identifier une angine virale d’une angine bactérienne. La consultation d’un médecin est donc nécessaire pour permettre la prescription du traitement adapté : l’angine bactérienne streptococcique nécessite l’administration d’antibiotiques et peut gravement évoluer, tandis que l’angine virale pourra disparaître au bout de quelques jours. On comprend dès lors le danger d’utiliser les médicaments d’un proche.
La sinusite aigüe quant à elle se caractérise par des douleurs au niveau des parois nasales, sur la zone frontale, ainsi que sur les joues. Le nez coule, pouvant s’accompagner de fièvre et de fatigue. En cas de sinusite aigüe sans complication, vous pouvez avoir recours à un anti-douleur (à base de paracétamol), du sérum physiologique et/ou des inhalations à base de plantes pour nettoyer et libérer les sinus. Pensez également à vous hydrater suffisamment. Si la sinusite dure plus de 7 jours et que des symptômes plus sérieux apparaissent (fièvre importante, fort mal de tête, raideur de la nuque), une consultation médicale s’impose. Mal soignée, la sinusite peut dégénérer (méningite).
 

* Vérifiez au préalable que le site internet est autorisé à vendre des médicaments en ligne en consultant la liste tenue à jour par l'Ordre des pharmaciens.

Que pensez vous de cet article ?