DMLA : explication et traitements

Publié le 25 août 2017 Partager sur :

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une atteinte oculaire qui affecte la vision centrale, plutôt après 50 ans. Un dépistage précoce peut en limiter la progression.

DMLA

La dégénérescence maculaire résulte de l’altération de la macula, petite zone de la rétine située au fond de l’œil qui assure la vision précise. Cette dégénérescence entraîne une perte progressive de la vision centrale, qui devient de plus en plus floue. La vision périphérique, elle, reste intacte. On ne devient pas aveugle, mais cette maladie est invalidante : elle empêche de lire, de reconnaître les visages, de conduire…

L’âge, facteur prédominant 

Différents facteurs favorisent son apparition : antécédents familiaux, tabac, hypertension, cholestérol, obésité, diabète… L’âge reste le facteur prédominant. C’est pourquoi, nous parlons de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). La DMLA revêt 3 formes.

Le stade précoce est appelé maculopathie liée à l’âge : des lésions (drusen) apparaissent sur la rétine. Elles peuvent rester stables ou évoluer vers une dégénérescence. On distingue une forme sèche, la plus fréquente, à l’évolution progressive, et une forme humide, qui se développe souvent très vite.

Des traitements prometteurs

De nombreux progrès dans le diagnostic et la prise en charge ont été réalisés ces dernières années. Pour les formes sèches, il n’y a pour le moment pas de traitement réellement efficace, mais des recherches sont en cours pour freiner la progression de la maladie. Pour les formes humides, il existe des traitements : photothérapie, thermothérapie et surtout médicaments anti-angiogéniques.

La vue est stabilisée

Pour certains, l’acuité visuelle est même améliorée. D’autres pistes sont à l’étude : greffes de cellules, implantation de puces électroniques. La rééducation visuelle et certains outils (téléagrandisseurs, loupes) permettent au patient de conserver une autonomie.

La DMLA touche les 2 yeux, mais avec quelques années de décalage. Il faut donc agir dès que l’un des yeux est atteint. Après 50 ans, il est d’ailleurs conseillé de consulter un ophtalmologiste tous les ans.

Les signes qui doivent alerter :
- Vision centrale floue
- Distorsion/déformation des lignes droites
- Besoin d’une plus forte intensité lumineuse pour lire ou écrire
- Diminution des contrastes
- Au stade avancé : apparition d’une tâche sombre au centre du champ visuel

Des études récentes pointent l’action négative de l’excès de lumière dans le risque de DMLA. Des ophtalmologistes conseillent de bien se protéger les yeux du soleil, a fortiori en cas d’antécédent de DMLA dans la famille.

Que pensez vous de cet article ?
Pratique