Covid-19 : Comment bien porter un masque de protection

Mis à jour le 09 mars 2021 Partager sur :

Depuis le début de la crise sanitaire, le masque s’impose dans notre quotidien pour lutter contre la propagation du coronavirus. Quel type de masque est autorisé ? Où se le procurer ? Comment bien le porter, pour qui, et où ? Tous nos conseils pour vous aider à y voir plus clair.

port du masque

Permettant de réduire les émissions de particules de 70% à 95% (1), le masque est un moyen de prévention et de protection pour notre entourage. Il absorbe les gouttelettes émises lorsque l’on tousse ou éternue et limite la pénétration de l’agent infectieux. À condition, bien sûr, de respecter les mesures d’hygiène essentielles comme le lavage des mains et le respect des distances. Auparavant déclaré « préférable dans de nombreuses circonstances », le port du masque est désormais obligatoire dans de nombreux lieux et pour la quasi totalité de la population*. Faisons le point sur son utilisation.

* En cas de handicap, vous avez le droit de vous rendre dans les lieux publics clos sans masque, à condition d’avoir sur vous un certificat médical confirmant le handicap et l'impossibilité de porter le masque, et de respecter les gestes barrière.

Quels sont les différents types de masques ?

Il existe 5 types de masques :

Les masques “artisanaux”

Il s’agit des masques en tissu dits AFNOR ou "faits maison”. S’ils étaient acceptés au début de la pandémie dans les avions, les entreprises et les écoles, ils y sont désormais interdits. Ces masques sont en effet déconseillés par les autorités en raison de pouvoirs filtrants de l'air incertains, notamment face aux variants du Covid-19 plus contagieux.

Les masques de catégorie 2

Ce sont les masques grand public fabriqués par les industriels de « catégorie 2 », dits « de protection à visée collective ». Filtrant seulement 70 à 80 % des particules, ils ne sont plus conseillés par le Haut conseil de la santé publique depuis le mois de janvier 2021.

Les masques de catégorie 1

Ce sont ceux reconnus comme les plus protecteurs après le masque FFP2 et le masque chirurgical, en filtrant plus de 90% des particules avec une densité du tissu non tissé de 400g/m². La catégorie est indiquée sur la notice ou l'emballage du masque. À noter : ce type de masque peut être en tissu ou jetable.

Les masques chirurgicaux

masque_chirurgical_306x235.jpg

Ces masques protègent contre les virus qui se transmettent dans les gouttelettes. Ils permettent d’éviter de contaminer les autres quand on est malade. Ils sont suffisants dans la plupart des situations pour se protéger efficacement.

Les masques FFP2 ou FFP3

masque_ffp2_306x235.jpg

Ils filtrent les aérosols contaminés, et protègent donc le porteur du masque contre les virus circulant dans l’air. Dans le cas du coronavirus, ils sont réservés aux situations à risque et principalement destinés au personnel soignant.

Combien de temps porter un masque ?

Tous les masques doivent être changés au minimum toutes les quatre heures, selon le site d’information du gouvernement. Il faut donc compter deux à trois masques par personne et par jour si vous travaillez à l’extérieur. Il doit également être changé s’il est humide.

Où le port du masque est-il obligatoire ?

Dans les écoles, collèges, lycées et crèches, le masque est obligatoire pour le personnel comme pour les enfants à partir de 6 ans. Et depuis le 8 février, il est interdit sous forme artisanale – seuls les masques FFP2, de catégorie 1 ou les masques chirurgicaux jetables sont autorisés en classe.

Dans les entreprises, le port du masque est obligatoire dans les salles de réunion, open spaces, couloirs, vestiaires et bureaux partagés, mais pas dans les bureaux individuels. Quant à celles et ceux qui travaillent à l’extérieur, ils doivent porter un masque en cas de regroupement et si la distance d'un mètre est impossible à respecter.

Enfin, le masque est devenu obligatoire dans la rue dans de nombreuses villes, et dans tous les lieux publics clos comme les commerces, les banques, les transports, les lieux de culte, etc.

Où trouver votre masque et à quel prix ?

Selon les informations du ministère de l’Économie, il est possible d’acheter vos masques en pharmacie, chez les buralistes, auprès des enseignes de la grande distribution alimentaire et bien d’autres canaux de distribution variés : stations-services, marchands de journaux, distributeurs automatiques, etc.

Quant à leur coût, l’État garantit un prix maximum de vente fixé à 95 centimes d’euros pour les masques de type chirurgical à usage unique, et un prix conseillé de 20 à 30 centimes d’euros à l’usage les masques « grand public » lavables et donc réutilisables.

La DGCCRF du ministère de l’Economie et des Finances assure un contrôle du prix plafond des masques de type chirurgical à usage unique, et une surveillance sur les prix des masques « grand public ».

Comment mettre, porter et enlever votre masque ?

porter_masque_940x280.jpg

Bien entendu, si le masque est abaissé pour parler à quelqu’un, fumer ou toucher son visage, il ne sert plus à rien. Il convient de respecter certaines règles pour bien l’utiliser.

1- Pour mettre son masque : 
Lavez-vous bien les mains, placez le masque sur le visage en le tenant par les côtés extérieurs et attachez-le. Préférez les masques avec des élastiques plutôt que des lanières – plus simple à enfiler. Il est important de bien l’ajuster au niveau du nez, et de le déplier pour qu’il soit bien enveloppant, du nez jusqu’au menton. Posez, au besoin, vos lunettes sur le masque. Puis, n’y touchez plus !

2- Pour l’enlever :
Lavez-vous bien les mains, enlevez le masque en le tenant par les lanières ou les élastiques (ne touchez surtout pas sa face extérieure), jetez-le (ou mettez-le à laver) et relavez-vous les mains.

Comment désinfecter votre masque lavable ?

Lavez le masque à la machine avec de la lessive. Choisissez un programme de lavage d’au moins 30 minutes, à 60°C minimum. Après le lavage, faites sécher le masque dans son intégralité soit en utilisant un sèche-linge, soit avec un sèche-cheveux, soit encore à l’air libre sur un support propre et désinfecté. Vous pouvez aussi le repasser (2).

Les enfants doivent-ils porter un masque ?

Si les enfants ont d’abord été épargnés à ce sujet dans les débuts de la pandémie, le décret du 18 juillet 2020 au Journal officiel a imposé le port du masque dans les lieux publics clos pour "toute personne de 11 ans et plus”.

Il est également imposé aux enfants à l'école dès l’âge de 6 ans, tout en restant déconseillé pour les élèves de maternelle et les moins de 3 ans. Précision importante : depuis le 8 février 2021, les masques fait maison sont prohibés en classe – seuls les masques de catégorie 1 sont autorisés.

Non-respect du port du masque : quelles sanctions ?

En ce qui concerne les écoles et les entreprises, la réglementation reste décidée et gérée par les responsables. Mais lorsqu’il s’agit de lieux publics, le non-port du masque constitue une contravention de 4ème classe, punie par une amende de 135 € – réduite à 90 € en cas de paiement dans les 15 jours, et majorée à 375 € en cas de non-paiement dans les 45 jours.

Quels sont les gestes barrière à respecter en plus du masque ?

Parce que le port du masque n’a pas de sens sans le respect des gestes barrière, pensez toujours à :

  • vous laver très régulièrement les mains,
  • utiliser un mouchoir à usage unique,
  • tousser ou éternuer dans votre coude ou dans un mouchoir,
  • saluer sans serrer la main et éviter les embrassades,
  • rester à plus d’un mètre de distance les uns des autres (deux mètres en cas d’absence de masque),
  • et bien sûr, rester le plus possible chez vous !

Bon à savoir : offre Assistance Covid-19

Dans un contexte sanitaire toujours très tendu, MAAF s’engage et se mobilise.
A partir du 8 mars et pour toute l’année 2021, MAAF propose à titre gratuit, en cas d’hospitalisation liée à la Covid 19 du client ou d’un membre de son foyer, un dispositif d’assistance en deux temps dès la première nuit d’hospitalisation.
> Découvrir les services d’assistance, savoir comment en bénéficier et voir les conditions.

Sources : sites du gouvernement, du ministère de l’Économie et des Finances, du ministère des Solidarités et de la Santé, et de service-public.fr, site officiel de l’administration française.
(1) Selon l’AFNOR et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Que pensez-vous de cet article ?
Pratique