Covid-19 : Comment bien porter un masque de protection

Publié le 05 mai 2020 Partager sur :

S’il ne peut remplacer les gestes barrière ni les mesures de distanciation sociale, le port du masque permet de limiter la propagation des virus respiratoires comme le Covid-19. Quel type de masque choisir ? Où se le procurer ? Comment bien le porter ? Tous nos conseils pour vous aider.

tarif medecin

Permettant de réduire les émissions de particules de 70% à 95% (1), le masque est un moyen de prévention et de protection pour notre entourage. Il absorbe les gouttelettes émises lorsque l’on tousse ou éternue et limite la pénétration de l’agent infectieux. À condition, bien sûr, de respecter les mesures d’hygiène essentielles comme le lavage des mains et le respect des distances. Le port du masque est déclaré « préférable dans de nombreuses circonstances » et obligatoire dans d’autres, comme les transports en commun. Faisons le point sur son utilisation.

Quels sont les différents types de masques ?

Tout d’abord, rappelons que les foulards et les écharpes ne sont pas efficaces pour se protéger, car les mailles des tissus utilisés ne sont pas assez serrées pour bloquer les virus. De plus, ils exposent au risque de se toucher fréquemment le visage.

Quant aux visières, elles sont un moyen supplémentaire de protection face aux virus transmis par les gouttelettes, mais n’ont pas pour vocation de remplacer les masques pour le grand public.

Il existe trois types de masques :

 

Les masques “grand public” ou "alternatifs”

masque_tissu.jpg

Ils sont en tissu lavables et donc réutilisables. Ils n'ont pas le même degré de protection que le masque chirurgical et encore moins que les masques FFP2 ou FFP3 utilisés par le personnel médical (voir infos ci-dessous). Ils répondent toutefois à des normes de respirabilité et de filtration des gouttelettes, et diminuent la probabilité de transmettre des postillons aux personnes rencontrées et aux surfaces alentours.

Ils peuvent être fabriqués de manière artisanale mais aussi de manière industrielle, comme ceux annoncés par le gouvernement et prochainement à la vente.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a d’ailleurs fait savoir, dans un avis, que deux types de masques en tissu sont disponibles selon les publics :

  • les masques de « catégorie 1 », à destination des « professionnels en contact avec le public », comme les « hôtesses de caisse et les forces de l’ordre », filtrant 90 à 95 % des particules,
  • les masques de « catégorie 2 » dits « de protection à visée collective », en vente libre à destination du reste de la population et filtrant 70 à 80 % des particules.

Les masques chirurgicaux

masque_chirurgical_306x235.jpg

Ces masques protègent contre les virus qui se transmettent dans les gouttelettes. Ils permettent d’éviter de contaminer les autres quand on est malade. Ils sont suffisants dans la plupart des situations pour se protéger efficacement.

Les masques FFP2 ou FFP3

masque_ffp2_306x235.jpg

Ils filtrent les aérosols contaminés, et protègent donc le porteur du masque contre les virus circulant dans l’air. Dans le cas du coronavirus, ils sont réservés aux situations à risque et principalement destinés au personnel soignant. 

Combien de temps porter un masque ?

Tous les masques doivent être changés au minimum toutes les quatre heures, selon l’Afnor et le site d’information du gouvernement. Il faut donc compter deux à trois masques en tissu par personne et par jour si vous travaillez à l’extérieur. Il doit également être changé s’il est humide.

Un masque périmé est-il encore efficace ?

Les matériaux qui composent les masques peuvent se dégrader au fil du temps, mais comme cette dégradation concerne essentiellement les élastiques, il n’existe aucun risque à s’en servir si ceux-ci sont encore solides et que le masque tient bien en place sur le visage. Les filtres restent quant à eux efficaces bien au-delà de la date de péremption (2).

Où trouver votre masque et à quel prix ?

À partir du 11 mai, l'État, en lien avec les maires, permettra à chacun de se procurer un masque grand public en pharmacie. Il est cependant possible dès aujourd’hui d’acheter des masques en papier à usage unique de type chirurgical dans les pharmacies, les parapharmacies et les supermarchés.

Selon la secrétaire d'État auprès du ministère de l'Économie et des Finances Agnès Pannier-Runacher, leur prix est plafonné et ne pourra dépasser 95 centimes d'euros (3).

Quant aux masques en tissu, en vente depuis le 4 mai dans les enseignes de la grande distribution alimentaire comme le gouvernement l’avait préalablement annoncé (4), leur prix ne peut être plafonné en raison de leurs différences de confection et du nombre de lavages autorisé selon les modèles (3). Cependant, le prix de base devrait être de l’ordre de 2 à 3 euros, soit un coût à l’usage de 10 à 30 centimes selon le nombre de réutilisations possibles (4).

 

coudre_masque_940x280.jpg

Comment fabriquer votre masque ?

Si vous souhaitez coudre votre masque vous-même, veillez à bien suivre les tutoriels officiels recommandés par l’AFNOR, à télécharger ici
Pour les tissus à utiliser, toujours selon l’AFNOR, optez pour deux couches de toile de coton (ou un tissu non-tissé en polypropylène) enserrant une couche de viscose (soie artificielle), de polyester ou de polyamide pour les masques classiques, ou bien deux couches de popeline de coton pour les masques 3 plis. La liste des matériaux testés, validés et utilisables est complétée par l’AFNOR au gré des résultats des essais menés en laboratoire.

porter_masque_940x280.jpg

Comment mettre, porter et enlever votre masque ?

Bien entendu, si le masque est abaissé pour parler à quelqu’un, fumer ou toucher son visage, il ne sert plus à rien. Il convient de respecter certaines règles pour bien l’utiliser.

1- Pour mettre son masque : 
Lavez-vous bien les mains, placez le masque sur le visage en le tenant par les côtés extérieurs et attachez-le. Préférez les masques avec des élastiques plutôt que des lanières – plus simple à enfiler. Il est important de bien l’ajuster au niveau du nez, et de le déplier pour qu’il soit bien enveloppant, du nez jusqu’au menton. Posez, au besoin, vos lunettes sur le masque. Puis, n’y touchez plus !

2- Pour l’enlever :
Lavez-vous bien les mains, enlevez le masque en le tenant par les lanières ou les élastiques (ne touchez surtout pas sa face extérieure), jetez-le (ou mettez-le à laver) et relavez-vous les mains.

Comment désinfecter votre masque lavable ?

Lavez le masque à la machine avec de la lessive. Choisissez un programme de lavage d’au moins 30 minutes, à 60°C minimum. Après le lavage, faites sécher le masque dans son intégralité soit en utilisant un sèche-linge, soit avec un sèche-cheveux, soit encore à l’air libre sur un support propre et désinfecté. Vous pouvez aussi le repasser (2).

Les enfants doivent-ils porter un masque ?

Un retour progressif à l'école est prévu à partir du 11 mai sur la base du volontariat des parents des élèves. Selon le Premier ministre, le masque sera « prohibé » pour les enfants en maternelle. À l’école primaire, il ne sera « pas recommandé », mais des masques pédiatriques seront mis à disposition dans certains cas (par exemple si un enfant présente des symptômes, le temps que ses parents viennent le chercher). Au collège, le port du masque sera obligatoire et l’État en fournira aux élèves qui n’en possèdent pas.

Sources : Site de l’OMS et www.gouvernement.fr/info-coronavirus
(1) Selon l’AFNOR et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.
(2) Source : www.gouvernement.fr/info-coronavirus
(3) Interview de la secrétaire d'État sur RTL, 01/05/20.
(4) Communiqué du Ministère de l’économie et des finances, le 29/02/20.

Quels sont les gestes barrière à respecter en plus du masque ?

Parce que le port du masque n’a pas de sens sans le respect des gestes barrière, pensez toujours à :
•    vous laver très régulièrement les mains,
•    utiliser un mouchoir à usage unique,
•    tousser ou éternuer dans votre coude ou dans un mouchoir, 
•    saluer sans serrer la main et éviter les embrassades,
•    rester à plus d’un mètre de distance les uns des autres,
•    et bien sûr, rester le plus possible chez vous !

En complément des masques le port des gants est-il recommandé ?

Utilisés quotidiennement par les personnels soignants, les gants permettent de prévenir de manière efficace la contamination manuelle, à condition d’être utilisés de manière appropriée. Cela implique de bien se laver les mains avant usage et de respecter les techniques d’enfilage et de retrait (Voir la fiche d'information de l'OMS sur l'usage des gants ). Cependant, selon l’OMS (l'Organisation Mondiale de la Santé), dans la lutte contre le COVID-19, le port des gants ne peut en aucun cas se substituer à l’hygiène des mains et n’est pas recommandé. En effet, leur usage inapproprié constitue une consommation inutile de ressources et peut même favoriser la transmission de germes.
 

Pratique