Le décryptage d’une étiquette alimentaire

Publié le 07 décembre 2016 Partager sur :

Pour de nombreux Français, la prévention en matière de santé, consiste d’abord à être attentif à ce que l’on mange. Une démarche qui passe nécessairement par le décryptage de la liste des ingrédients qui entrent dans la composition des produits. Or, la multi¬plication des informations est décourageante. Un nouveau système d’étiquetage nutrition¬nel simplifié est à l’étude au Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. En attendant, voici les principales informations utiles qui figurent sur l’emballage d’un produit.

étiquette alimentaire

Services consommateurs

Pour obtenir des précisions sur les indications figurant déjà sur l’emballage (notamment les allergènes). La ligne téléphonique permet aussi à l’acheteur de signaler la non-conformité d’un produit alimentaire.

Le code-barre

Si les 3 premiers chiffres du code-barres indiquent le pays où le produit a été transformé (300 à 379 pour la France), les ingrédients peuvent toutefois provenir des quatre coins du monde, sans qu’il en soit fait mention sur l’emballage. Les 10 autres chiffres immatriculent le fabricant, le produit et la clé de validité.

Mentions diverses

“-25 % de sel”, “sans huile de palme”, “sans sucre ajouté”, “allégé en matières grasses”, autant d’arguments marketing affichés en façade, qui ne dispensent pas pour autant de lire la liste des ingrédients.

Date limite de consommation

Ne pas confondre la « date limite de consommation » (DLC) et la mention « à consommer de préférence avant le », date indicative de limite d’utilisation optimale (DLUO), après laquelle le goût, la saveur ou l’odeur du produit peuvent évoluer.

Tableau nutritionnel des allergènes

L’analyse des pourcentages en protides, lipides, glucides et calories fait souvent mention de pourcentage pour 100 g ou moins, obligeant parfois à des calculs ardus. La liste des ingrédients est plus concrète. Rappelons que plus cette liste est courte, moins elle contient d’additifs (les fameux “E”), et mieux c’est. 
Les possibles allergènes figurent souvent en caractères gras, sous la liste des ingrédients, de manière séparée. De façon inattendue, on peut trouver des traces de poisson, de crustacés ou de mollusques dans des tomates farcies au riz à la tomate.

Origine

Les industriels n’ont pas l’obligation d’indiquer la provenance des ingrédients entrant dans la fabrication d’un produit transformé. Mais depuis le scandale des lasagnes à la viande de cheval, l’origine des viandes est devenue un argument marketing et s’affiche fréquemment en façade d’emballage.

Desserts aux fruits

Un yaourt ou dessert lacté peut afficher des fruits appétissants sur son emballage sans en contenir le moindre gramme. Il s’agit alors de produits “aromatisés”.

Produits biologiques

Les produits transformés de l’agriculture biologique sont souvent ceux qui affichent le moins d’ingrédients dans leur composition. Le sigle AB indique un mode de production respectueux de l’environnement et de l’animal.

Labels et appellation

Gages de qualité ou d’une distinction particulière, quatre sont reconnus par l’État : AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) et sa version européenne AOP (Appellation d’Origine Protégée), IGP (Indication Géographique Protégée) et Label Rouge.

Que pensez vous de cet article ?
Pratique