Prévenir les accidents domestiques de l’enfant

Publié le 26 mars 2020 Partager sur :

À la maison, redoublez de vigilance avec vos enfants : les accidents sont encore trop fréquents. Quelles sont les principales causes et les mesures pour prévenir ces risques ? Voici nos conseils.

Accident domestique enfant

Les accidents domestiques des enfants en quelques chiffres

Concernant les enfants de moins de 15 ans, on recense 1 700 000 accidents* en France par an, soit 5 000 accidents par jour. Et hélas, on doit déplorer le décès de 200 enfants chaque année des suites d’un accident de la vie courante (qui comprennent les risques domestiques). Les causes principales étant la suffocation/asphyxie, la noyade, le feu, une chute ou encore une intoxication.

Quelles sont les raisons d’un tel nombre d’accidents chez les enfants ?

Bien que vigilants, nous sous-évaluons parfois le degré de risque auquel nos enfants peuvent être exposés au sein même du domicile. Pourtant, les accidents sont évitables sans que les mesures de prévention ne soient une contrainte supplémentaire.

Les principales mesures de prévention pour limiter les accidents domestiques de l'enfant

Avant tout, il est important de faire un tour de son domicile pour repérer tous les dangers potentiels comme par exemple : les prises de courant non protégées, les fils de prolongateurs électriques non sécurisés, les placards abritant les produits dangereux… Il faut particulièrement veiller aux éléments suivants :

Un mot d’ordre : la surveillance 

La principale mesure de prévention est la surveillance : c’est la seule mesure proposée par exemple quand le bébé est dans le bain (il peut se noyer dans 15 cm d’eau).
Dans le jardin également, ou si quelqu’un bricole, l’enfant de moins de 5 ans doit toujours être surveillé, seule mesure de prévention efficace dans ce contexte.

Les premiers gestes de secours en cas d'accident domestique**

  • En cas de brûlure, refroidir pendant 15 minutes sous l’eau froide et éteindre la source de chaleur sans vous exposer au danger. Retirer les vêtements brûlés, sauf s’ils adhèrent à la peau.
  • En cas de trauma crânien avec perte de connaissance, mettre la victime en position latérale de sécurité : allongée sur le côté, bouche ouverte vers le sol, jambe supérieure avec genou au sol et bras du dessus replié avec main glissée entre la joue et le sol. Vérifier sa respiration
  • Identifier une urgence vitale : si la victime est inconsciente et ne respire plus normalement, débuter immédiatement un massage cardiaque, en appuyant sur le sternum, entre les deux seins, au rythme de 100 fois par minute.
  • En cas d’hémorragie, allonger le blessé et comprimer la plaie, sauf en présence d’un corps étranger (ex. : morceau de verre). Ne pas essayer de l’extraire et comprimer au-dessus pour limiter la perte de sang.
  • En cas d’accident de la main (plaie, fracture, amputation...), si une phalange est amputée, elle doit être mise dans un sac en plastique, lui-même mis dans des glaçons. Le délai optimal pour une greffe est inférieur à 6 heures.
     

L’éducation des enfants aux dangers fait partie intégrante des apprentissages. Adopter une attitude pédagogique et mettre en œuvre des mesures de prévention sont les meilleurs atouts pour sécuriser les enfants à la maison. 

* Sources 
CALYXIS : centre de ressources et d’expertise dédié à la prévention des risques à la personne, en lien avec les agences gouvernementales et les laboratoires de recherche français.
Observatoire MAVIE : étude nationale menée par l'Inserm, l'université de Bordeaux et Calyxis sur les accidents du quotidien. Vous aussi, participez à l’étude nationale MAVIE 100% en ligne, 100% utile .
** Source : Assurance Prévention, l'association des assureurs français au service de la prévention des risques du quotidien.

Que pensez-vous de cet article ?
Pratique