icon-pie.png
INFORMATION CLIENT COVID-19

MAAF est à vos côtés et se mobilise pour vous accompagner et maintenir ses services durant cette crise sanitaire inédite. Pour préserver votre santé et celle de nos collaborateurs, nous avons pris la décision de fermer nos agences. Vous êtes nombreux à vouloir nous contacter par téléphone et nous mettons tout en oeuvre pour que nos conseillers puissent vous répondre par téléphone de leur domicile. Sans attendre, ils sont joignables par mail : service.client@maaf.fr, sur le site maaf.fr, rubrique Nous contacter et sur l'appli MAAF et Moi. Merci de votre compréhension. Prenez soin de vous.

Toutes nos infos pour nous contacter

Comment prévenir l'hydrocution ?

Publié le 10 septembre 2019 Partager sur :

Parmi les accidents de baignade les plus fréquents en période estivale, on compte encore trop souvent des hydrocutions. Pourtant, elles pourraient être évitées. Nos conseils.

 

prevention_hydrocution_940x440_Adobstock_54498239.jpg

Qu’est-ce que l’hydrocution ?

Se plonger dans une eau sensiblement plus froide que son corps va provoquer un choc thermique. Ce dernier pourra entraîner un malaise et, dans les cas les plus graves, conduire à un arrêt cardio-respiratoire. On parle alors d’hydrocution, appelée également noyade syncopale ou de fausse noyade dans la mesure où elle ne résulte pas, comme la noyade « classique », d’une asphyxie.

Comment l’éviter et comment réagir ?

Entrer doucement dans l’eau
Plus la différence de température entre le corps et l’eau est importante, plus le risque d’hydrocution est élevé. Plusieurs règles de bons sens doivent ainsi être respectées, surtout par les personnes les plus vulnérables (les personnes âgées, malades et les enfants) :

  • entrer très progressivement dans l’eau (se mouiller les bras, la nuque, le dos, le ventre avant de se plonger dans l’eau, que ce soit en mer, en rivière ou en piscine) ;
  • éviter la baignade après s’être exposé au soleil pendant des heures ou aux moments les plus chauds de la journée ;
  • éviter de se baigner juste après un effort physique intense, un repas copieux ou après avoir consommé trop d’alcool ;
  • éviter de se baigner seul.


Reconnaître les symptômes
L’apparition d’un de certains symptômes doit immédiatement conduire le baigneur à sortir de l’eau ou à se manifester pour attirer l’attention d’autres personnes susceptibles de l’aider.
Très souvent la perte de connaissance est précédée de :

  • frissons ;
  • démangeaisons ;
  • crampes musculaires ;
  • forte fatigue ;
  • mal de tête soudain ;
  • pâleur du visage.

 

Comment aider une victime ?
La première chose à faire pour porter secours à un baigneur victime d’un malaise est évidemment de le sortir de l’eau.

  • prévenir les pompiers (18) ou le Samu (15) ou demander à une autre personne présente de le faire afin de mieux prendre en charge la victime.

Les premiers gestes de secours :

  • vérifier que la victime respire, libérer ses voies aériennes puis la mettre en position latérale de sécurité (PLS) (voir site de La Croix-Rouge), car le relâchement des muscles provoqué par le malaise peut entraîner un glissement de la langue dans le fond de la gorge et une asphyxie ;
  • la réchauffer en la couvrant (voire pratiquer un massage cardiaque).

 

 

Que pensez-vous de cet article ?
Pratique