Pollution intérieure : l'air de votre logement est-il sain ?

Publié le 29 juin 2017 Partager sur :

Quotidiennement, nous baignons dans une « soupe » de polluants très variés. Certains d’entre eux appartiennent à la famille des COV - Composés Organiques Volatils - et sont susceptibles d’avoir des effets toxiques sur notre santé. Que sont les COV et comment s’en protéger ?

Pollution air intérieur

Nous passons entre 80 et 90 % de notre temps dans des endroits clos ou semi-clos. Or toutes les études le démontrent : l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur. Au rang des principaux polluants on retrouve : l’amiante, le radon, les pesticides, les acariens, les moisissures mais aussi et surtout… les COV. Qu’entend-t-on par « composés organiques volatils » ?

Définition des COV ?

Les composés organiques volatils regroupent un ensemble de substances appartenant à différentes familles chimiques. Les COV ont en commun de tous contenir un atome de carbone (ils sont organiques) et de s’évaporer plus ou moins rapidement à la température ambiante (ils sont volatils). Il existe plus de 300 types de COV.

Parmi eux, citons : le benzène, le styrène, le toluène, le trichloréthylène, l’éthanol, le butane, l’acétone ou encore le formaldéhyde. Ces substances peuvent être d’origine naturelle (forêts, prairies, volcans…) ou provenir d’activités humaines (transports, industries, agriculture, activités domestiques).

D’où proviennent les COV présents dans les logements ?

Les COV entrent dans la composition de nombreux produits et matériaux de construction et de décoration : peintures, moquettes, mousses isolantes, papiers peints, colle, vernis, adhésifs...

On les retrouve également dans certains meubles, produits domestiques (insecticides, cosmétiques, parfums, détergents, décapants, détachants…), dans les fumées de tabac, certains encens et bougies parfumées.

Enfin, le processus de combustion lors de la cuisson des aliments au gaz produit également des COV. La pollution au COV est d’autant plus accentuée si vous venez de faire des travaux.

Les conséquences des COV sur l’organisme ?

La pénétration des COV dans l’organisme peut se faire par inhalation, par voie cutanée ou par ingestion. Les COV ont des effets divers selon leur nature. En outre, ils peuvent occasionner des troubles très variables en fonction de la durée et du niveau d’exposition : simple gène olfactive, irritation des voies respiratoires ou oculaires, effets cancérigènes…

Lors d’expositions aiguës, les COV peuvent provoquer des intoxications qui se manifestent par une irritation des yeux, du nez et de la gorge, des maux de tête, de la fatigue, des vertiges et nausées, des troubles du sommeil, des troubles cardiaques et respiratoires...

Certains COV sont classés comme « cancérigènes certains » pour l’homme (benzène, formaldéhyde), d’autres comme « cancérigènes potentiels » (styrène) ou « probables » (perchloroéthylène, trichloréthylène). D’où l’importance de veiller à la qualité de l’air de notre intérieur.

Réduire les sources de pollution

> Choisissez des produits de construction et de décoration à teneur réduite en COV. Référez-vous pour cela à l’étiquette « émissions dans l’air intérieur ». Elle renseigne sur le niveau d’émission en polluants volatils du produit (de A+ : très faibles émissions, à C : fortes émissions). Il existe également des écolabels (Natureplus, Ange bleu, Ecolabel européen). Respectez les conseils d’utilisation de ces produits et ne les mélangez pas. Par ailleurs, misez sur des matériaux naturels : pour l’isolation (liège, chanvre, laine de bois…) et les revêtements de sol (liège, linoléum, jonc de mer, sisal, pierre…).

emission-air-interieur-etiquette

L’obligation d’étiquetage a été progressive : depuis le 1er janvier 2012, pour les nouveaux produits mis sur le marché, puis depuis le 1er septembre 2013 pour tout produit mis sur le marché avant le 1er janvier 2012.

> Pour les meubles, l’idéal est de privilégier le bois massif. Si vous choisissez des meubles en aggloméré, exigez qu’ils portent la norme E1 (garantie de faibles émissions de formaldéhydes). Préférez les meubles aux finitions laque ou vernis neutre en phase aqueuse (à base d’eau).

> Evitez les parfums d’ambiance, les encens et bougies parfumées.

> Ne fumez pas à l’intérieur de votre logement.

Assurer un bon renouvellement de l’air

Aérez toutes les pièces de votre logement 15 à 30 minutes chaque jour, même en hiver. Après des travaux, renforcer cette aération jusqu’à dissipation des odeurs.

Etalonnez vos portes, afin que l’air circule.

> Veillez à ce que votre ventilation soit correctement dimensionnée et bien entretenue.

> Lorsque vous cuisinez, faites fonctionner la hotte aspirante.

 

Sources : 
- Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) Composés Organiques Volatils (COV)
- Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie : Réduction des émissions des composés organiques volatils (COV) - Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement. Mesures pour améliorer la qualité de l’air intérieur.

Que pensez vous de cet article ?
Pratique