Assurance vie ou assurance décès, quelle solution privilégier ?

Publié le 23 février 2018 Partager sur :

L’assurance vie et l’assurance décès sont des solutions complémentaires qui permettent à la fois de protéger ses proches et de financer des projets de vie. Eclairage.

Assurance vie et assurance décès

L’assurance vie et l’assurance décès sont souvent confondues car ces deux contrats prévoient, en cas de décès de l’assuré, le versement d’un capital aux bénéficiaires désignés. Au-delà de ce point commun, l’assurance vie et l’assurance décès répondent à des finalités différentes.

L’assurance vie : un produit d’épargne

L’assurance vie permet de financer un projet de vie comme, par exemple, se constituer et valoriser un patrimoine, financer les études de ses enfants ou aider financièrement ses petits-enfants, se préparer un complément de retraite...

En raison de son régime fiscal particulièrement favorable en cas de décès, l’assurance vie est également utilisée pour transmettre un capital à un ou plusieurs bénéficiaires de son choix*.

Souple d’utilisation, le contrat d’assurance vie peut être alimenté par des versements ponctuels ou réguliers. L’épargne peut aussi être disponible sous forme de retrait, soumis à prélèvements fiscaux et sociaux, ou d’avance.

* Selon la législation en vigueur.

L’assurance décès : un produit de prévoyance

La vocation d’un contrat d’assurance décès est plutôt de protéger sa famille : il permet de verser des prestations aux bénéficiaires choisis par l’adhérent du contrat et ainsi, de faire face aux conséquences financières de son décès...

A l’ouverture du contrat, l’adhérent choisit le montant du capital garanti versé en cas de décès. Il peut aussi prévoir d’autres garanties comme, par exemple, le versement d’une rente d’éducation pour ses enfants, si le contrat le permet. La durée du contrat (temporaire ou viagère) est également déterminée à ce moment.

Dans tous les cas, l’assuré doit payer des cotisations et ce, pendant toute la durée de son contrat. S’il cesse de les payer, le contrat prend fin. Le montant des cotisations est déterminé, pour les assurances temporaires décès, en fonction notamment de son âge, des éléments médicaux déclarés et du montant du capital garanti.

Enfin, si l’assuré ne décède pas pendant la période d’assurance, les cotisations déjà acquittées ne lui sont pas restituées et bien évidemment, le capital n’est pas versé aux bénéficiaires.

Alors, quel contrat privilégier ?

Tout dépend en fait des objectifs, de la situation familiale et des revenus de chacun. Pour déterminer la solution la mieux adaptée à votre besoin, votre conseiller peut vous apporter une aide utile. Mais en définitive, l’assurance vie et l’assurance décès sont des solutions assez complémentaires lorsqu’on veut à la fois protéger sa famille et financer ses projets de vie. 

Que pensez vous de cet article ?
Pratique