icon-pie.png
INFORMATION CLIENT DÉCONFINEMENT

MAAF est à vos côtés et se mobilise pour rouvrir progressivement ses agences dans le respect des normes de sécurité et la mise en place des mesures barrières, pour vous accueillir dans les meilleures conditions.

Nous vous recommandons pour autant de privilégier les contacts par téléphone au 3015 ou par mail : service.client@maaf.fr ou d'utiliser votre espace client sur maaf.fr ou l'appli MAAF et Moi. Gardons le contact. Prenez soin de vous.

Toutes nos infos pour nous contacter
Assurance MAAF Aucun élément trouvé

L’observation, un préalable à la mise en place de dispositifs de prévention efficaces

Observatoire risques domestique MAVIE Calyxis et MAAF

Lorsqu’un sinistre survient, MAAF accompagne l’assuré et l’indemnise au mieux. Mais pour aller plus loin dans la maîtrise des risques, l’observation constitue un outil de prévention incontournable, car il permet de diminuer la vulnérabilité des individus face aux dangers potentiels du quotidien.

MAVIE, l’observatoire des risques domestiques

En France, les incidents de la vie quotidienne représentent la 1ère cause de mortalité accidentelle avec 11 millions d’accidents et 20 000 décès par an : près de six fois que le nombre de morts sur les routes. Chute d’escalier, brûlure de cuisine, ingestion de produits ménagers… Les circonstances de la vie courante peuvent provoquer de multiples drames et traumatismes. C’est la raison pour laquelle MAAF s’est associée à l’observatoire MAVIE, piloté par les équipes de l’INSERM, l’Université de Bordeaux et Calyxis. 

L’objectif de cet observatoire ? Connaître et comprendre avec précision les causes des accidents de la vie courante, leur gravité et les facteurs associés à leur survenue, afin d’établir des règles de prévention adaptées et efficaces pour diminuer le nombre de victimes. Pour ce faire, l’observatoire MAVIE a pour objectif de recueillir à terme une cohorte de 100 000 volontaires, véritables acteurs de la recherche sur les causes des accidents du quotidien. 
Je souhaite rejoindre les volontaires pour la recherche contre les accidents de la vie.

Les données statistiques recueillies permettent de proposer des mesures de prévention efficaces et ciblées et de faire évoluer si nécessaire les dispositifs de prévention en place. 

L’Observatoire de la sécurité des foyers :
une 1ère étude sur les cambriolages

Dans une volonté de sensibiliser les Français à la protection de la famille et des biens, le groupe Covéa, auquel appartient MAAF, s’est associé à VERISURE (télésurveillance) et Saretec (expertise en prévention et gestion des risques) pour donner naissance en 2018 à l’Observatoire de la sécurité des foyers. Une fois par an, une étude thématique liée à la sécurité domestique est publiée. 

Le but est d’apporter un éclairage nouveau sur la sécurité domestique, préoccupation majeure des Français, mais aussi les sensibiliser à la prévention, afin de réduire les risques, en leur offrant des conseils pratiques.
La première édition, dédiée à l’étude des cambriolages, a permis de mieux cerner la physionomie de ce délit. Comment éviter les cambriolages ? Comment y faire face ? Comment s’en remettre ? L’Observatoire de la sécurité des foyers répond aux questions par des mesures concrètes à adopter au quotidien.

Les jeunes, l’alcool et les drogues au volant : une priorité absolue

MAAF est engagée dans la lutte contre l’insécurité routière et communique régulièrement via des sondages réalisés auprès des jeunes sur les dangers de l’alcool et des drogues au volant, dont le dernier, mené en décembre 2018, met en lumière les messages de prévention à travailler sans relâche. Ainsi 33% des jeunes ont déjà pris le volant après avoir consommé de l’alcool ou de la drogue. Et un peu plus de la moitié des jeunes n’appliquent pas toujours le principe de conducteur désigné lors d’une soirée… 

Mieux connaître les habitudes et les expériences des 18-24 ans, une tranche d’âge où les accidents de la route représentent la 1ère cause de mortalité, c’est mieux cibler  les actions de prévention mises en place à leur encontre. 
Pour Pierre Negre, responsable de la Prévention MAAF, cette étude était nécessaire, car

les enquêtes sur les 18-24 ans sont rares malgré les risques et l’accidentologie élevés de cette population.

Pour mener cette enquête MAAF a choisi la technologie du chatbot pour toucher une population de jeunes plus large et permettre un dialogue plus naturel avec cette population particulièrement exposée. 
Ces études permettent de percevoir plus finement l’ampleur de phénomènes sociaux et sociétaux, de cerner leurs pratiques dans leurs contextes – voire leurs ressorts psychologiques. A partir de ces enquêtes, des solutions comme l’application AlcooTel voient le jour.  

Vous souhaitez relever à nos côtés le défi de devenir la marque d'assurance préférée des Français ?