Retraite : anticiper son avenir dans un monde qui change

Publié le 25 novembre 2019 Partager sur :

Pour bénéficier d’un niveau de vie suffisant lors de sa retraite, il est important de prendre quelques mesures en amont. Acquérir sa résidence principale, se constituer une épargne ou investir dans l’immobilier… pourront vous aider à envisager l'avenir plus sereinement.

Avenir préparer retraite

3 conseils pour une retraite sereine : 

1. Se constituer un patrimoine immobilier 

Devenir propriétaire de sa résidence principale est souvent une première étape dans la préparation de la retraite. Cela évite en effet d’avoir à payer un loyer avec des revenus souvent en baisse. En cette période où les taux d’intérêt sont historiquement bas, l’achat de sa résidence principale devient plus accessible. Aujourd’hui, les taux peuvent se négocier à moins de  1,5 %  avec une  durée allant jusqu’à 25 ans(1). 

Prévoir l’éventualité d’un remboursement anticipé de son crédit immobilier

Il est important de négocier les indemnités de remboursement anticipé. En effet, si vous  avez besoin de rembourser par anticipation votre crédit immobilier, votre banque vous demandera une Indemnité de Remboursement Anticipé (= IRA). Ces frais sont plafonnés à 3% du capital restant dû avant remboursement anticipé et à 6 mois d’intérêt sur le capital remboursé par anticipation au taux moyen du prêt.

Faire le point sur l’adaptabilité de son logement à ses besoins futurs

Mon logement correspondra-t-il  à ma nouvelle vie ? Me permettra-t-il de rester le plus longtemps possible chez moi ? Les frais de copropriétés ne sont-ils pas trop importants au regard de mes revenus à la retraite. Cette anticipation vous évitera de  subir la situation du marché immobilier en cas de vente ou de rachat au  moment de la retraite ou d’anticiper le montant des travaux nécessaires  pour l’aménagement de votre domicile.  

Le prêt viager hypothécaire, une solution mal connue 

 Il permet au propriétaire d’un bien immobilier d’emprunter une somme d’argent sans avoir à rembourser le capital et les intérêts de son vivant. Ainsi il est possible de faire face  à un besoin de liquidité quand sa retraite ne suffit pas à payer les frais médicaux ou de vie sans avoir à vendre sa maison. Pour souscrire ce type d’emprunt, il n’y a pas de limite d’âge (art L 315-1 et R 315-1 du code de la consommation), mais les banques imposent généralement un seuil de 65 ans. En revanche aucune condition de santé ni d'assurance décès, invalidité ou chômage n'est exigée puisque la garantie de la banque s'appuie sur l’hypothèque du  bien immobilier. 

L’achat d’une résidence secondaire ou un investissement locatif  

Au-delà de la résidence principale, d’autres solutions immobilières existent : 

  • Il est possible d’investir dans un bien et de l’autofinancer en le louant. Devenir propriétaire de son « petit coin de tranquillité » pourra, une fois le crédit remboursé, vous apporter des revenus complémentaires en attendant la retraite, si vous n’en profitez pas avant ! L’intérêt de cette stratégie doit être évalué par rapport au prix d’achat et aux charges locatives et fiscales
  • Il existe aussi, des dispositifs de défiscalisation (Pinel, Censi-Bouvard, Malraux…) qui permettent d’investir dans le locatif. Il est important de faire appel à un expert pour bénéficier d’un accompagnement et de bien vérifier si le prix  du bien est en adéquation avec le marché immobilier et  sa localisation avec son potentiel locatif.

2. Se constituer une épargne

« J’ai deux amours » … mon Livret A  et mon assurance vie. 

Ces deux produits sont considérés comme les placements préférés des français : plus de 83.4 % des français détiennent un Livret A et 39 % un contrat d’assurance vie(2).

A tout moment de la vie, se constituer une épargne de précaution reste indispensable. Le livret A, non imposable, est la solution simple pour avoir de l’épargne disponible mais son plafond reste limité à 22 950 €  et son rendement est faible. Très utile, celui-ci, selon son profil d’épargnant, n’est pas un outil pour préparer sa retraite. 

En revanche,   l’assurance vie constitue un support idéal dans une perspective d’épargne à moyen et long terme. Elle permet de se constituer un capital sans plafond de versement et l’épargne reste disponible à tout moment, dans des conditions fiscales optimisées à partir de 8 ans de détention. C’est pourquoi il est important de prendre date rapidement. 

Avec les unités de compte, l’assurance vie permet aussi de rechercher sur la durée, et selon son  profil d’épargnant, le potentiel de  dynamisme des marchés financiers en contrepartie de l’acceptation d’un risque de perte en capital. Les montants investis sur des supports en unités de compte ne sont pas garantis mais sujets à des fluctuations à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier des marchés financiers. Cet investissement peut entraîner un risque de perte en capital supporté par l’adhérent.

Enfin, l’assurance vie présente  une grande souplesse d’utilisation du capital : elle permet de choisir, lors du départ à la retraite, la solution la plus adaptée à sa situation personnelle : des retraits programmés, dans la plupart des cas exonérés d’impôt (au-delà de 8 ans dans les limites fiscales en vigueur, hors prélèvements sociaux) ou une rente viagère, réversible ou non par exemple au profit de son conjoint.

Détenir un contrat retraite

Les contrats d’épargne spécifiques pour la retraite constituent un outil complémentaire. Ils permettent de se constituer un complément de retraite garanti à vie sous forme de rente, par des versements réguliers ou ponctuels, et cela en bénéficiant d’un avantage fiscal intéressant. Les versements sont déductibles du revenu imposable dans les limites fiscales en vigueur. 

Vous avez déjà commencé à préparer votre retraite à travers un dispositif Madelin ou un PERP.   Vous avez fait un bon choix et rien ne change pour vous : vous pouvez continuer à les alimenter comme aujourd’hui, dans les mêmes conditions, fiscales notamment(3).

Néanmoins, sachez que vous aurez la possibilité de le transférer sur un Plan d’Epargne Retraite (PER). Ce nouveau contrat a vocation à rassembler tous les produits d’épargne retraite supplémentaires actuels en un seul produit. Séduisant sur le papier, ses avantages sont pour autant, à évaluer selon votre situation personnelle et patrimoniale. Il est donc prudent de se faire accompagner par un  conseiller pour en évaluer la pertinence, l’assurance vie restant un produit plus souple et avantageux dans bien des cas.

Forte de son expertise,  MAAF dispose aujourd’hui de solutions épargne et retraite PERP Madelin. Cette gamme sera étoffée en 2020 avec son nouveau contrat retraite : le PER Winalto Retraite. Votre conseiller financier reviendra vers vous pour vous accompagner et définir votre stratégie patrimoniale. Le conseil MAAF : anticiper sans se précipiter !

3. Se protéger en cas d’aléas de la vie 

Le troisième conseil pour une retraite bien préparée est de penser à votre protection. En effet, paradoxalement, nous protégeons parfois mieux nos biens que nous même.

Pour ne pas compromettre votre patrimoine ou l’épargne que vous vous constituez tout au long de votre vie, souscrire un contrat Prévoyance est une solution peu couteuse au regard de la protection qu'elle apporte. 

Si vous êtes Travailleur non salarié (TNS), la loi Madelin, vous permet de déduire les cotisations prévoyance de votre impôt sur le revenu. 

Pour le financement de votre patrimoine immobilier, l’assurance emprunteur vous permet de rembourser votre crédit en cas de coup dur (décès, invalidité, en option perte d’emploi). Mais cette solution ne suffit pas à faire face aux  dépenses courantes. 

Il existe,  des contrats de prévoyance  individuels pour vous  protéger  ainsi que vos proches, en cas décès  ou d’invalidité mais aussi en cas d’arrêt de travail. Ces contrats évitent qu’une immobilisation, même pour une simple jambe cassée ne vienne déstabiliser vos revenus et ne vous oblige à puiser dans vos réserves pour vos projets d’avenir. 

 

Epargne, immobilier et protection personnelle, une combinaison gagnante pour construire et maintenir son niveau de vie au fil de ses vies  pour  une retraite sereine. 

 

(1).Source : Banque de France, nouveaux crédits immobiliers, tous montants, long terme et à taux fixe, à fin septembre 2019

(2).Source : Insee, enquêtes Patrimoine 1997-1998, 2003-2004, 2009-2010, 2014-2015 et HVP 2017-2018
(3). Selon les dispositions légales en vigueur et sous réserve de modifications ultérieures

Pratique