Assurance MAAF

Espace client

Que faire en cas d’accident avec un animal sauvage ?

Publié le 03 janvier 2017 Partager sur :

En campagne ou sur une route fréquentée, vous heurtez un sanglier, un cerf ou même un chien errant qui traverse la chaussée… L’indemnisation de votre accident avec un animal sauvage dépendra du type de contrat auto que vous avez souscrit. Explications.

Accident avec un animal sauvage

On pourrait croire qu’un accident avec un animal sauvage est rare et pourtant, on compte chaque année plusieurs dizaines de milliers d’accidents avec un animal sauvage.

Que faire suite à un accident avec un animal sauvage ?

  • En cas d’accident  avec un animal sauvage, vous devez prévenir les autorités compétentes – la gendarmerie ou le commissariat de police – en fonction du lieu de l’accident. Les forces de l’ordre effectueront les premières constatations et prendront, si besoin, les mesures nécessaires pour l’enlèvement de la dépouille de l’animal.
  • Ensuite, vous déclarez l’accident à votre assureur. Dans la plupart des cas, celui-ci missionnera un expert qui examinera votre véhicule. 


Quelques conseils :

  • N’oubliez pas de conserver toutes les preuves relatives au sinistre : témoignages, photos etc.
  • Ne nettoyez pas votre véhicule avant l’expertise. Des traces du choc peuvent être relevées par l’expert.

 

Comment pouvez-vous être indemnisé ?

Pour votre véhicule endommagé
Votre contrat d’assurance Auto peut couvrir les dégâts causés à votre véhicule avec une garantie tous risques.
Dans ce cas, la franchise souscrite restera à votre charge. Si les éléments de preuves retenus sont suffisants et confirment le choc avec l’animal sauvage, votre coefficient de bonus/malus ne sera pas impacté.
En revanche, pour les véhicules assurés au tiers, le contrat ne permet pas à l’assureur d’intervenir.

Pour les personnes blessées
Dès lors que le choc avec l’animal sauvage est confirmé, le conducteur et les passagers blessés seront indemnisés de leurs blessures.
Pour cela, l’assureur du véhicule saisit le fonds de garantie (FGAO ) pour obtenir réparations des blessures du conducteur. 
Les passagers, eux, sont indemnisés par l’assureur du véhicule, au titre de la Loi Badinter.

 

Que pensez vous de cet article ?